Huawei crée ses propres puces serveurs

Au mois de novembre 2018, AMD frappait fort en annonçant sa nouvelle génération de puces serveurs baptisée Epyc Rome et démontrait qu’il était bien le nouveau leader d’un marché longtemps dominé par Intel. En 2019, ce marché va accueillir un nouvel acteur : Huawei. Le fabricant chinois assure toutefois qu’il n’entend pas développer une activité de fondeur mais bien juste produire pour son propre matériel.

Huawei à la recherche de nouveaux relais de croissance

À l’heure où l’image d’Huawei est largement écornée par les soupçons d’espionnage des États-Unis dont la société fait l’objet, elle craint de voir ses ventes de smartphones s’effondrer en Amérique du Nord et en Europe.

Aussi, pour combler ce manque à gagner, Huawei cherche actuellement des relais de croissance qui pourraient se trouver dans les services aux entreprises mais aussi dans le cloud. Rappelons effectivement que dès 2017, Huawei ambitionnait la création d’un réseau cloud mondial.

D’ailleurs, il semblerait que la conception de ses propres puces serveurs soit l’un des éléments clés de la stratégie cloud du géant chinois. Celui-ci souhaiterait ne plus être dépendant des fondeurs et compterait sur ses propres puces pour apporter une valeur ajoutée aux services commercialisés à ses clients.

Les puces serveurs Huawei déjà performantes ?

Alors que la société basée à Shenzhen fabrique déjà ses propres puces pour smartphones, Ascend et Kirin, elle a commencé à concevoir tout récemment des puces pour serveurs.

Plus précisément, c’est l’une de ses filiales, HiSilicon, qui l’a créée. Gravée en 7 nm et disposant de 64 cœurs, la puce Kunpeng 920 est capable d’offrir d’excellentes performances tout en consommant beaucoup moins que certains composants concurrents.

C’est d’ailleurs cette puce qui va équiper les tout nouveaux serveurs Huawei baptisés TaiShan. Spécifiquement créés pour le big data, le stockage de données mais aussi les applications ARM natives, ces serveurs sont ceux sur lesquels va reposer la future offre cloud de l’entreprise chinoise.

Les puces serveurs conçues par Huawei devraient uniquement être utilisées comme composants des serveurs que l’entreprise produit. Autrement dit, AMD et Intel peuvent dormir sur leurs deux oreilles, le géant chinois ne devrait pas leur faire de l’offre sur le marché des puces serveurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.